Histoire du lycee polyvalent et de henri sellier

Le lycée Henri Sellier, lycée des Métiers de la Santé et du Social

Un établissement public polyvalent

Le lycée Henri Sellier est un établissement public polyvalent, destiné aux élèves se dirigeant vers un bac professionnel, un bac technologique ou un BTS. A côté des 4 classes de seconde, le lycée accueille également une classe FLE (Français Langue Etrangère). Enfin, nous dispensons une formation aux futurs AP et AS. Par ailleurs, Le lycée Henri Sellier a obtenu le label "lycée des Métiers de la Santé et du Social" en 2011. Découvrez les filières à travers ce dépliant.

 

La ville de Livry-Gargan et son histoire

Les origines

Livry-Gargan tire son nom soit de Livriacum, villa gallo-romaine d´un certain Liberius, soit de Livreia, la lisière. La mention Gargan, nom du premier industriel de la ville, fut ajoutée en 1912 car désignant les nouveaux quartiers créés à partir de sa propriété.

 

Qui est Henri Sellier ?

Un homme issu du monde ouvrier

Henri Sellier (1883/1943) est né à Bourges dans le département du Cher, le 22 décembre 1883, d'une famille ouvrière. Après des études primaires, il entre au lycée de la ville où il subit l´influence d´Edouard Vaillant. A 14 ans, il accompagne déjà un député socialiste dans ses campagnes électorales.

Il est licencié en droit et diplômé de l´Ecole des Hautes Etudes Commerciales. Il travaille peu de temps dans la banque, est engagé en qualité de rédacteur au Ministère du Commerce, puis à celui du Travail où il devient Chef de Bureau. A 20 ans, il est déjà secrétaire du Syndicat des Employés de Commerce. Il sera, par la suite, Secrétaire général du personnel de son Ministère. Elu Conseiller général du Canton de Puteaux en 1910, il sera constamment réélu jusqu´à la guerre de 1939. Il fut rapporteur général du budget du département de la Seine de 1916 à 1920 et présida l´Assemblée départementale. Maire de Suresnes pour la première fois en 1919, il fut révoqué par le Gouvernement de Vichy en 1941. En 1935, il est élu Sénateur de la Seine, sur une liste du front populaire. Il occupe le poste de la Santé publique dans le gouvernement Léon Blum de 1936. Il meurt le 23 novembre 1943.